Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire pour grandir - Page 5

  • lecture : L’enfant perdu de John Hart

    Voici un bon gros pavé qui recelle bien des promesses, tant par son volume, que par sa quatrième de couverture.

    J’ai lu quelques articles qui en faisaient l’éloge, et je me suis encore une fois rendue compte qu’il faut se méfier de ce qui fait le « buzz » en général. Pas que ce livre soit mauvais, non, mais de là à le mettre sur un piédestal, il y a une marge.

    Nous voilà plongé dans un comté de Caroline du Nord, dans une famille brisée. Famille qui ne compte plus que Johnny, 13 ans, et sa mère, complètement abattue depuis la disparition de sa fille un an plus tôt. Elle vit dans la douleur et dans l’illusion que lui donnent l’alcool et la drogue. La police n’ayant pas le moindre indice, Johnny, livré à lui-même, décide de mener sa propre enquête. De son côté, l’inspecteur Hunt, image du flic obnubilé par l’affaire et délaissant épouse et enfant, va, contre sa hiérarchie, rouvrir l’enquête qu’il n’arrive pas à oublier.

    Ce livre est sombre à souhait : Des familles désépérées, rongées par la culpabilité ou la misère. Des hommes portés sur la bouteille et la violence et une loi du silence propre à l’esprit de quartier.

    Plus qu’un polar aux rebondissements sans cesse renouvelés, ce livre-ci se base surtout sur une atmosphère lourde, chargée de drames et de misère. Les personnages sont souvent désabusés, et la ténacité de Johnny à retrouver sa soeur frôle l’acharnement.

    Je regrette cependant un scénario un peu facile. Le hasard joue un peu trop bien son rôle dans l’enchaînement des situations… A de nombreuses reprises, ce livre m’a fait penser un téléfilm policier très américain, mais pas très fin…

    Et puis ce gamin de 13 ans, il a de la ressource, quand même ! Trop, je dirais, pour que cela reste crédible…

    Les personnages sont loin d’être lisses, mais pas dénués de clichés. La mère accablée de tristesse, l’amant riche et violent, le flic brisé mais acharné au travail…

    Sans trop en dévoiler, l’un des personnages est même un véritable remake du géant noir de La ligne Verte de Stephen King.

    L’intrigue met du temps à se mettre en place, tout se déroule assez lentement, mais la dernière moitié du livre est particulièrement prenante et la tension monte au fil des pages.

    Le fait qu’on passe d’un personnage à un autre à chaque chapitre a mis ma patience à rude épreuve. Parce que bien évidemment, les chapitres se terminent toujours par un évènement de la plus haute importance. Et quel supplice d’attendre d’avoir lu le chapitre suivant (construit bien sûr de la même façon) pour retrouver les éléments qui nous tenaient en haleine quelques pages plus tôt…

    La fin est  surprenante et tout prend son sens. Finalement, une fois arrivé au point final, on se dit que « quand même, c’était hyper bien ficelé ». On en reste même comme deux ronds de flans quelques instants.

    Au niveau du style, cela reste facile à lire, mais je regrette certaines lourdeurs, et des descriptions un peu longues et monotones. J’ai aussi relevé certaines coquilles, dûes, peut-être, à une traduction hasardeuse. Mais pas que ! Puisque parfois on trouve un « Jack » à la place d’un « Johnny » ou un « Tremont » à la place de « Trenton »… C’était peut-être voulu pour voir si on suivait…

    Finalement, je pense c’est un bon polar, un peu trop long à mon goût, très sombre, un chouilla dérangeant, très désespéré, mais ça n’est pas, je trouve, LE polar qu’il faut s’arracher à tout prix.

  • livre : La théorie des six de Jacques Expert

    On suit le récit de Julien Dussart, serial killer, qui va établir la liste de ses victimes selon la théorie de Fringyes Karinthy : chaque victime doit être en lien avec la suivante pour arriver à une cible précise.

     

    C'est bien écrit, c'est bien décrit, on s'y croirait ! J'ai aimé le fait qu'on suive le point de vue du meurtrier ET celui de la commissaire en charge de l'affaire. Il ne faut pas voir peur des quelques passages vulgaires parsemés dans le récit, mais ce n'est jamais de la vulgarité gratuite. 

     

    Ce roman est une chronique plus générale de la vie d'un serial killer, on peut se mettre dans sa peau le temps d'un roman et ce n'est pas forcément très rassurant...

     

    J'ai été amusée de voir que lors de son excursion dans la région Bordelaise, le meurtrier a cité des villes très proches de la mienne, ça augmente le côté réaliste et ça fout d'autant plus la trouille !

     

    Je salue donc ce roman de Jacques Expert, et pense me lancer dans d'autres oeuvres de l'auteur prochainement, je suis ravie de cette première découverte, et d'avoir découvert la théorie des six par la même occasion !

  • Chris morin expo

    chris+morin,

  • Emile Zola - La Fortune des Rougon

    zola.JPGCe livre dépeint l'histoire d'une famille vivant sous le Second Empire en France.

    Celle-ci est avide de pouvoir et utilise toutes sortes de manœuvres et stratégies pour changer de classe sociale.

  • Livre de Abbé Prévost : Manon Lescaut

    marion.JPGUn roman passionnant.

    Le lecteur se laisse capter par cette histoire où le personnage principal, si bien esquissé par l'Abbé Prévost, ne peut lutter contre l'amour qu'il ressent pour une jeune prostituée avide d'argent, Manon.

    Cette dernière l'entraînera dans une spirale infernale.

  • Venise.net de Thierry Maugenest

    venise.JPGEn 1564, le peintre vénitien Jacopo Robusti, dit "il tintoretto", est contacté par l'archiconfrérie de San Rocco pour exécuter en dix jour le tableau qui devrait lui assurer la victoire au concours qu'elle a organisé et auquel participent de nombreuses célébrités italiennes à qui on a seulement commandé des esquisses.

    De nos jours, l'inspecteur vénitien Alessandro Baldi prend contact par e-mail avec le professeur new-yorkais William Jeffers. Il enquête sur le meurtre d'une étudiante française qui travaillait sur la peinture de la Renaissance et espère bien que la technologie moderne et les travaux de son interlocuteur vont l'aider à résoudre les énigmes passées et présentes.

    C'est un tout petit polar historique qui occupe à peine un après-midi de lecture mais la forme est originale : des chapitres dont le héros est un peintre du 16ème siècle entrecoupés d'une correspondance par e-mail entre un policier et un spécialiste de l'art. Le suspense est bien mené, l'énigme alléchante, seule la fin un peu trop spectaculaire ne m'a pas emballée. Idéal pour la lecture de voyage.