Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lire pour grandir - Page 2

  • L'année de la B.D. ? - suite

    Depuis les années 2000 Les producteurs français multiplient eux aussi les adaptations au grand écran et l'immense succès d''Astérix et Obélix : Mission Cléopatre' d'Alain Chabat en a été l'élément déclencheur. S'en sont suivis des films comme 'Blueberry', 'Michel Vaillant', 'Iznogoud' ou encore 'l'Enquête Corse'. Et même si ces adaptations filmées francophones de 2004 n'ont pas réellement fait mouche, de nombreux projets sont toujours en cours : Bob et Bobette, Alix, Blake & Mortimer, Blacksad, Titeuf, Thorgal, Les Pieds Nickelés... et même un Tintin par Spielberg (ndlr : à confirmer tout de même) ! L'évolution des technologies explique le phénomène ; il est aujourd'hui beaucoup plus facile de porter à l'écran des scènes de bandes dessinées. L'exploitation du merchandising autour des films prend une véritable tournure industrielle et le secteur publicitaire s'intéresse de très près à la BD. 

    bd-3.JPG

    La BD : l'industrie des bulles


    La BD deviendrait-elle une véritable industrie ? Elle semble rimer avec diversité et rentabilité. Ce nouveau phénomène couvre la totalité de notre environnement culturel et médiatique. Comme beaucoup d'autres expressions culturelles s'alliant aux médias, la BD devient une industrie qui brasse beaucoup d'argent. Avant tout objet culturel, c'est aussi un média, un moyen de communication que les publicitaires n'ont pas hésité à introduire dans leurs campagnes. Beaucoup d'auteurs admettent que le marché de la BD sature : trop de publications et beaucoup de petites maisons d'édition sont laissées pour compte face à ce qu'ils appellent les "maisons d'édition à vocation commerciale".


    Les femmes, un public à séduire



    Par rapport à la génération d'Uderzo , les auteurs actuels sont des "enfants de la BD super gâtés" déclare Zep au magazine Bédéka. Il y en a pour tous les goûts : du roman graphique à la BD de science-fiction en passant par des oeuvres plus expérimentales, il n'y a qu'un segment du public qui est un peu plus laissé pour compte, celui des femmes. Alors que dans la culture nippone et dans la culture américaine la bande dessinée pour femmes occupe une place non négligeable, en Europe il reste beaucoup à faire. Souvent dessinée de manière aguicheuse, la femme ne se retrouve pas dans l'univers BD. Mais cela se bouscule un peu ces derniers temps. De plus en plus de dessinatrices sont publiées et ouvrent le créneau. Le prix du meilleur album Angoulême 2005 a d'ailleurs été décerné à Marjane Satrapi pour 'Poulet aux Prunes'. On ne peut donc qu'imaginer de belles perspectives !

     

  • Elégie pour un Américain de Siri Hustvedt

    Editeur : Actes Sud
    Publication :5/5/2008

     

    elegie.JPGL’individualité est une énigme apparemment insondable. C’est pourtant ce mystère que tente d’élucider cette touchante ‘Elégie pour un Américain’. Le récit semble buter au départ, peinant à trouver sa fluidité, comme un individu avancerait à tâtons dans l’obscurité. L’expression même se montre hésitante, presque convenue. Mais peu à peu se révèle le dessein de l’auteur. Avec d’infinies précautions, et pourtant animée d’une détermination inébranlable, Siri Hustvedt, telle une archéologue, gratte, souffle, balaye pour dégager de la couche de poussière et autres résidus déposés par le temps la structure même de ses personnages.

    Elle met à nu leur géographie intime, découvre leurs secrets originels. Dès lors, ces derniers nous sidèrent par leur aisance à se dire, à dévoiler ce qu’il y a en eux de plus profond, de plus fragile. Le texte aussi s’affranchit de toute retenue, et s’enrichit d’un vocabulaire prégnant, de comparaisons volubiles. Il répond à une conception personnelle du suspense mais tient indéniablement en haleine, jusqu’aux scènes finales, quasi théâtrales.


    Roman contemporain s’il en est, ‘Elégie pour un Américain’ met en scène des héros modernes, chercheurs ou psychologues, veufs ou divorcés, enfants du métissage des cultures. En une forme d’éclatement, chaque histoire dans l’Histoire devient intéressante et participe du tout. Il est aussi fortement imprégné des événements du 11 Septembre et de leurs conséquences. On y retrouve les thèmes précieux à l’auteur, que sont notamment la quête d’identité, le respect de la mémoire et de l’intériorité, l’attachement aux valeurs.

    Ponctué d’incursions essentielles dans le passé, il se distingue par l’intense sensibilité qu’il dégage et porte l’empreinte de Siri Hustvedt, véritable âme de son récit. Une nouvelle oeuvre de taille, en somme, pour un écrivain majeur.

  • l'astrologie celtique ou l'astrologie par les arbres

    Quelques éléments d'astrologie tirée de livres d'astrologie populaire peu connus encore mais qui puisent leur enseignement de l'époque Romaine, Celtes, Gauloise :

    astrologie-celtique-livre.JPGLe pommier (l'amour)

    - Beaucoup de charme;
    - Grand pouvoir de séduction;
    - Philosophe insouciant et imaginatif.

    L'if (le mystère)

    - Digne et sophistiqué;
    - D'humeur changeante;
    - Attentif aux personnes qui lui sont proches.

    L'orme (la générosité)

    - Fidèle;
    - Aime prendre des décisions pour les autres, aime mener;
    - Grand sens de l'humour.

     

     

     

  • Evasion dans l'Univers Spirituel de Ereinuas de Nébias

    univers-spirituel.JPGEn cent versets de méditation intérieure, Vision cosmique de ta rencontre avec DIEU en toi pour ta progression vers le monde à venir depuis ta découverte terrestre jusqu'à tes demeures éternelles.

    Un sujet de profonde réflexion intérieure, une consolation et une espérance, dans une sublimante spiritualité, à travers de larges thèmes de méditation philosophique.

     

     

  • L'année de la B.D. ? L'EXPLOSION DES BULLES

    Plus qu'un art mineur de la littérature, la BD s'est affirmée en France par l'émergence de nouvelles maisons d'édition mais aussi par l'arrivée des mangas japonais et des comics américains de Marvel. Le 9ème art serait-il à l'honneur cette année ?

    BD-head.JPG

    La Bande Dessinée ne commence pas avec Tintin et ne s'arrête pas à Titeuf. Si on se penche sur son histoire, on commence par se poser la question de son origine : est-elle vraiment franco-belgo-suisse comme on se l'imagine, est-elle américaine, ou nous arrive-t-elle du pays du soleil levant ? Pas si simple de savoir quand et où est réellement apparu le genre BD. Celle qu'on connaît aujourd'hui en France, s'est construite en quasi-totalité à partir des années 1960, moment auquel elle a accédé au rang de 9ème art. Avec 3070 livres publiés en 2019 (dont 2120 nouveautés), des maisons d'édition telles que La Martinière, Gallimard ou encore Actes Sud qui ne publiaient jusqu'alors que des Beaux livres se lancent eux aussi dans la BD car c'est l'un des principaux moteurs du marché du livre dans la catégorie livre de jeunesse. Cet essor s'explique notamment par l'émergence des cultures étrangères sur notre territoire et par l'extension médiatique du format BD.

    Quand Comics et Mangas nourrissent l'imaginaire contemporain européen

    BD.JPGLe premier grand phénomène vient du Japon. Le manga est le genre le plus traduit en langue française avec plus de 750 titres, les maisons d'édition telles que : Casterman, Glénat, J'ai Lu, Panini Comics… (une quinzaine au total) sont de plus en plus nombreuses à profiter du filon. L'inspiration Manga nourrit également les imaginations des auteurs contemporains européens. Marc Védrines , auteur de Phénomenum (Ed. Glénat), explique que le manga a coexisté avec les traditions franco-belges pendant des décennies sans qu'il n'y ait aucune interaction entre ces deux cultures narratives de l'image. Il ajoute qu'il est remarquable de "constater que ce même art de raconter des histoires est si différent d'un continent à l'autre" (propos recueillis lors de la Fête de la BD). Depuis le premier contact fin 70 avec les dessins animés (que la génération du Club Dorothée connaît bien) puis en 1988, avec la traduction d'Akira et deux ans plus tard le film qui fait un triomphe en France, "les premiers croisements génétiques voient le jour". La mise en page plus éclatée du style japonais a véritablement révolutionné le style graphique européen traditionnel. Et grâce aux prix plus abordables des mangas, la BD retrouve un public plus populaire, plus jeune et féminin.

     

    Quand le 9ème art s'invite dans le 7ème art…

    Deuxième phénomène, venant des Etats-unis, le Marvel Comics. Connu du territoire français à la même époque que le manga, il doit son véritable essor dans l'hexagone aux adaptations cinématographiques récentes. Et quand le 9ème art s'invite dans le 7ème art, c'est un 'cartoon' assuré ! Spiderman, champion du box office Marvel production en est la preuve vivante. Mais du coté des Etats-Unis, l'événement de la décennie 80 fut la reprise de Daredevil par Frank Miller . On parle même de "l'Avant Miller" et de "l'Après Miller", non seulement pour Daredevil mais pour les comics en général. Actuellement en salle, on peut voir le premier long métrage événement adapté de la série de comics books de Frank Miller : Sin city qui a été réalisé par Robert Rodriguez. Un deuxième volet est d'ailleurs en préparation et bien d'autres projets d'adaptations de comics sont également en cours de fabrication. Il est bien possible que ce phénomène n'en soit encore qu'à ses prémices.

     

  • Chronique d'Hôtel Iris, de Yôko Ogawa

    hotel.JPGPour d’obscures raisons, la littérature asiatique ne m’a jamais vraiment attirée. Suite à ma lecture du passage de la nuit d’Haruki Murakami, mon hésitation à découvrir des auteurs asiatiques s’était résolument confirmée. Ce n’est qu’en vue de boucler le challenge Petit bac avec cette catégorie qui a posé problème à plusieurs d’entre nous (le végétal) que je suis allée à la rencontre de Yôko Ogawa

    J’avais quand même bon espoir d’apprécier cette auteure en raison de la dimension psychologique qui émanait, m’a-t-on plusieurs fois expliqué, de tous ses livres.

    Je crois l’avoir compris, je suis tombée sur l’un des romans les plus extrêmes d’Ogawa…

    L’écrivaine nous propose ici une initiation à l’amour physique dans tout ce qu’il a de plus anormal, froid et malsain. A peine sortie de l’enfance, la naïve Mari s’interroge sur ses premiers émois érotiques…

    Bientôt, elle prend goût à ces jeux avilissants et dangereux – des jeux dont elle perçoit l’esthétique de la douleur et de la mort avant même de succomber à la souffrance physique – auxquels la soumet « le traducteur », cet homme ambigu qui se montre tour à tour attentionné voire craintif, puis subitement tyrannique et incontrôlable.
    Elle entretient avec lui une relation régulière alors qu’elle n’ignore en rien le bruit qui l’accuse d’avoir tué son épouse…